Défense du territoire
Robert Frairet
Robert Frairet Président de la communauté de Communes d'Artagnan en Fezensac
Conseiller Départemental
Maire de Caillavet
Marie-Martine Dalla Barba
Marie-Martine Dalla Barba Conseillère Départementale du Gers
Administrateur d’une banque mutualiste
Administrateur d’associations sociales et culturelles

Les actualités


SDIS /SAMU
Marie-Martine Dalla-Barba et Robert Frairet ont adressé, en date du 22 juin 2017, un courrier à Monsieur Philippe Martin au sujet de la remise en cause par l’ARS de l’organisation de la plateforme de régulation des urgences.

Dans ce courrier, Ils évoquent l’inquiétude grandissante des divers partenaires des urgences, fortement exprimée par le SDIS, et insistent sur le fait  que c’est un sujet majeur sur lequel une position unanime des élus doit venir en soutien.

Ils rappellent que l’Ouest du département a déjà souffert au cours des derniers mois d’une carence sur le fonctionnement des secours d’urgence, ce qui avait motivé les élus au Pays d’Armagnac.

Ils souhaitent qu’au cours de la session du lundi 26 juin une position très ferme de l’Assemblée Départementale soit prise afin d’obtenir de l’ARS l’organisation d’accès aux secours telle que préconisée par le SDIS du Gers en précisant que cette complémentarité entre les divers intervenants, au-delà de son impérieuse nécessité, ne fait qu’affirmer la volonté du Conseil Départemental et des collectivités territoriales qui ont orienté une politique d’accès aux soins de premiers recours en privilégiant diverses initiatives (accueil des internes, maisons de santé, etc...).

Un vœu  a d’ailleurs été déposé en ce sens  par Bernard Gendre au nom du groupe des élus Socialistes Radicaux et Républicains : 

« Depuis 10 ans, le Gers bénéficie d’un système unique en France de plateforme de régulation commune des urgences, réunissant urgentistes et une permanence des sapeurs-pompiers du Gers.

Unilatéralement, l’Agence Régionale de Santé (ARS) vient de remettre en cause sa participation à cette plateforme pour toute la période estivale. Concrètement, les médecins urgentistes coopérant avec le SDIS ne seront plus basés dans le Gers mais à Purpan en Haute-Garonne.

Cette décision fragilisera l’articulation entre médecins et sapeurs-pompiers. Elle pose une nouvelle fois la question de l’organisation des soins dans le Gers, en particulier dans les territoires les plus éloignés des services hospitaliers.

La prise en charge des urgences est un des enjeux de la lutte contre la désertification médicale à laquelle notre collectivité prend toute sa part en finançant les Maisons Pluridisciplinaires de Santé et en favorisant l’accueil d’étudiants en médecine en vue de l’installation de nouveaux médecins dans le département.

Réunis en séance plénière ce lundi 26 juin 2017, les Conseillers Départementaux du Gers :
- Redoutent une nouvelle hausse des interventions du SDIS pour des situations ne relevant pas de ses missions premières.
- Rappellent qu’en 10 ans le nombre d’interventions des sapeurs-pompiers gersois est passé de  6000 à 13000 soit une hausse de 120 %, entièrement financée par les contribuables.
- Assurent l’ensemble des sapeurs-pompiers gersois de leur considération et de leur soutien.
- Demandent au Préfet du Gers de réunir rapidement une table ronde départementale dédiée à la prise en charge des urgences médicales dans le Gers.
- Appellent les maires du département à se mobiliser à leurs côtés. »

Ce vœu a été adopté à l’unanimité.