Défense du territoire
Robert Frairet
Robert Frairet Président de la communauté de Communes d'Artagnan en Fezensac
Conseiller Départemental
Maire de Caillavet
Marie-Martine Dalla Barba
Marie-Martine Dalla Barba Conseillère Départementale du Gers
Administrateur d’une banque mutualiste
Administrateur d’associations sociales et culturelles

Les actualités


Vœu, relatif à l’avenir de la polyclinique des Chênes d’Aire sur l’Adour

L’ouest du département, donc une partie du Pays d’Armagnac, est concerné par les services d’hospitalisation les plus rapprochés.

La polyclinique des Chênes d’Aire sur Adour accueille de nombreux patients, ce qui a motivé les élus départementaux à conserver une réelle proximité des structures d’hospitalisation : urgences et chirurgie.

Voici le vœu, relatif à l’avenir de la polyclinique des Chênes d’Aire sur l’Adour, adopté à l’unanimité des élus du Conseil Départemental le 5/12/2016 : 

Depuis de très nombreuses années, la polyclinique des Chênes  d’Aire sur Adour rencontre des difficultés financières.

Le 9 décembre prochain, le Tribunal de commerce de Mont-de-Marsan doit statuer sur l’avenir de l’établissement dont le redressement judiciaire avait été prolongé de 6 mois.

Compte-tenu du statut de cette polyclinique, le Conseil Départemental du Gers n’est pas habilité à émettre un avis sur les offres de reprises, que celles-ci émanent d’un groupe privé ou du secteur public.

Néanmoins, l’Assemblée départementale réunie de jour en Commission permanente tient à exprimer son inquiétude face à une possible fermeture de la polyclinique des Chênes et à la disparition de plusieurs services indispensables à la sécurité et à la santé des gersois.

De très nombreuses communes gersoises de l’Ouest gersois bénéficient des interventions du service des urgences d’Aire sur Adour dans le cadre d’une convention passée entre les ARS Occitanie et Nouvelle Aquitaine. Si cette polyclinique ou ses services venaient à disparaitre, la sécurité des gersois pourrait-elle encore être garantie alors que plusieurs interventions récentes ont déjà révélé la fragilité du système existant ?

De plus, la disparition de la polyclinique des chênes, si elle devait se confirmer aura également une incidence négative sur la politique de lutte contre la désertification médicale engagée par le Conseil Départemental et l’Ordre des médecins du Gers.

Aussi les élus de l’Assemblée départementale :
- Expriment leur solidarité à l’égard des 160 salariés de la polyclinique des Chênes,
- Demandent le maintien d’un service d’urgences à Aire sur l’Adour,
- Rappellent l’importance de disposer à proximité de l’Ouest gersois d’un établissement médico-chirurgical,
- Demandent au Préfet du Gers de porter ce vœu à la connaissance du Préfet des Landes et de l’ARS de la Région Nouvelle Aquitaine.