Défense du territoire
Robert Frairet
Robert Frairet Président de la communauté de Communes d'Artagnan en Fezensac
Conseiller Départemental
Maire de Caillavet
Marie-Martine Dalla Barba
Marie-Martine Dalla Barba Conseillère Départementale du Gers
Administrateur d’une banque mutualiste
Administrateur d’associations sociales et culturelles

Les actualités


Débat sur les services au public suscité par le diagnostic établi par Téritéo à la demande de la Préfecture et du Conseil Départemental du Gers  dans le cadre du Schéma Départemental d'Amélioration de l'Accessibilité des Services au Public,

Présentation de notre analyse pour le territoire du Fezensac

ACCESSIBILITE DES SERVICES PUBLICS
En complément du diagnostic TERITEO

Les élus de la communauté de communes « D’Artagnan en Fezensac » ont, en 2007, ouvert le 1ier Relais Services Publics dans le Gers.

Cette volonté politique d’adapter les services administratifs au territoire s’est traduite depuis 9 ans par une amélioration des services, notamment générée par l'attractivité reconnue par plusieurs organismes.

C’est ainsi qu’actuellement :
- Pôle Emploi
- CAF
- CPAM
- ESPA
- Chambre des Métiers
- Service Pénitencier d’Insertion et de Probation (SPIP)
- Aide aux Victimes et Médiation Pénale,
constituent le pôle décentralisé de services au public.

Il faut observer que cette offre serait complète si la MSA avait accepté de rejoindre le Relais de Vic-Fezensac. Ce n’est pas le cas pour des raisons qui nous échappent, mais après l’abandon d’une présence physique (permanence de Vic), les ressortissants du régime agricole sont privés d’un service de proximité. Pourtant, au titre de la confidentialité, l’engagement sur la Charte Marianne de la communauté de communes est accepté et reconnu par tous les autres organismes.

Dans le rapport rendu le 26 septembre 2016, au cours de la réunion au Conseil Départemental (document TERITEO), il apparaît que « D’Artagnan en Fezensac » serait dans la fourchette temps total de 32 minutes (fourchette basse 21, haute 42) pour l’accès au pôle de proximité.

Les communes les plus éloignées du centre de vie (Vic-Fezensac) peuvent effectivement trouver un lieu géographique plus proche (autres localités chef-lieu de canton) sans pour autant bénéficier de l’attractivité la plus complète eu égard à la diversification des services et aux zones de chalandise traditionnelles.
Déjà le point d’offre de soins, Maison de Santé de Vic-Fezensac, réalisation de la communauté de communes, ou cabinets libéraux exerçant sur Vic-Fezensac, sont souvent éloignés d’une partie du territoire (surtout la partie Sud de la communauté de communes).

La situation géographique au centre du Gers n’est pas plus favorable pour le périmètre d’intervention SAMU et SMUR car, dans tous les cas, le Centre Hospitalier d’Auch ou les centres périphériques des périmètres de secours sont identiques et souvent les voies de communication communales et départementales allongent la durée d’intervention, loin de l’axe principal de la RN 124.

Les gardes médicales de nuit sont souvent des sujets d’échanges car l’amplitude du périmètre de garde paraît importante. Il conviendrait donc de moraliser ces périmètres en faisant des maisons de santé existantes les « maisons de gardes pivots »  que les médecins du secteur y compris les cabinets périphériques pourraient utiliser.

Les maisons de santé de Vic et de Nogaro, opérationnelles en garde de nuit et du week-end sont géographiquement placées pour couvrir un rayon très important sur la partie Sud-Centre-Ouest du département.

La situation de déprise constatée sur une part importante du Gers :
- Communauté de communes du Grand Armagnac,
- Communauté de communes Armagnac Adour,
- Communauté de communes Cœur d’Astarac,
- Communauté de communes d’Artagnan en Fezensac,
- Communauté de communes Astarac Arros en Gascogne,
reproduit une synthèse déjà ancienne où les territoires des « 5 M » (Miélan, Montesquiou, Mirande, Marciac et Masseube) couvraient les Hautes Vallées du Gers en incluant Aignan et Vic-Fezensac. Ce sont bien ces territoires regroupés maintenant sur les 5 communautés de communes qui doivent bénéficier d’une politique d’aménagement appropriée sur une zones des plus fragilisée où l’agriculture de coteaux constitue toujours l’élément dynamique dans un contexte particulier :
- vieillissement de la population,
- renouvellement des générations compromis,
- éloignement des services publics ou privés,
- handicap naturel,
en font les plus faibles.

Toutefois la dynamique des élus, l’implication des collectivités en modèrent les effets négatifs.

Pour en revenir à la communauté de communes « D’Artagnan en Fezensac », les services à la personne, diversifiés, ont été adaptés au mitage des habitations et à l’éloignement :
- la Maison de Services Au Public (Relais Services Publics depuis 2007) constitue un lien social et territorial,
- le maintien, certes difficile, mais réel des intervenants en matière de santé,
- le transport à la demande,
régulent les handicaps d’éloignement et d’isolement.

Les mesures existantes donc opérationnelles :
- Le service à la personne : ADMR – CCAS ou CIAS selon les secteurs. Ce soutien au service rendu, en fonction de l’évaluation de la dépendance,  relève d’une compétence obligatoire du Conseil Départemental APA et APA +.
- La modification des moyens d’échange et de communication avec la montée en débit conduite par Gers Numérique-Conseil Départemental-Communauté de communes.
- L’offre de soins de premier recours sauvegardée et pour l’avenir une volonté affirmée de limiter l’effet négatif des « déserts médicaux » (Etats généraux de la santé, réflexion du Conseil Départemental).

Des dispositions complémentaires sont nécessaires pour l’adaptation indispensable aux besoins de la population. Celles-ci ne peuvent se concevoir qu’avec une aide financière complémentaire et adaptée aux situations de ces territoires à handicaps naturels.

Les services de la vie courante pour les jeunes générations, commerces de proximité, écoles, crèches ou assistantes maternelles, salles de sport et de loisirs, liaison numérique, demeurent les éléments moteurs d’une attractivité sur le territoire.

La mutualisation des moyens en est également une condition. La « moralisation » des équipements communaux est devenue une réalité ce qui facilite l’émergence ou le maintien d’un tissu associatif aussi important que diversifié. Par conséquent, les projets communaux structurants s’intègrent pleinement dans la politique d’animation locale, culturelle, sportive ou associative intergénérationnelle.

Les aides spécifiques DETR, FRI, LEADER sont à privilégier.

Les Maisons de Services Au Public (MSAP) représentent maintenant les « 4 G » de la décentralisation au plus près des usagers grâce aux technologies de pointe et à l’implication des collectivités.

En Conclusion

Une nouvelle orientation de partenariat peut être réfléchie si tous les organismes intervenant : Etat – Conseil Départemental – Collectivités locales, donnent, comme cela est le cas, un signe fort de cohérence et d’accompagnement.

C’est avec ces instances que les services publics et privés, marchands, administratifs ou sociaux doivent conjuguer leurs orientations sur une véritable politique d’aménagement rural.

Dans le Gers et plus particulièrement sur notre secteur, tous les intervenants ont l’obligation d’une analyse réaliste : 
- les difficultés inhérentes à l’éloignement avec 300 actifs migrent tous les jours sur Auch pour exercer leur activité avec souvent des salaires voisins du SMIG,
- les revenus professionnels, agricoles et artisanaux, sont souvent fluctuants et la nécessité de sauvegarder la qualification de « zone fragile » est un impératif politique majeur,
- pour les personnes âgées, la précarité des retraites et l’isolement conduisent à envisager des partenariats particuliers avec la Poste, les services à domicile et les collectivités locales.

Si ces éléments économiques et structurels n’étaient pas pris en compte, la vision globale du service au public ne conduirait pas à l’adaptation souhaitée.

Télécharger l'analyse pour le territoire d'Artagnan en Fezensac