Défense du territoire
Robert Frairet
Robert Frairet Président de la communauté de Communes d'Artagnan en Fezensac
Conseiller Départemental
Maire de Caillavet
Marie-Martine Dalla Barba
Marie-Martine Dalla Barba Conseillère Départementale du Gers
Administrateur d’une banque mutualiste
Administrateur d’associations sociales et culturelles

Les actualités


La Dépendance Santé

Les deux conseillers départementaux Marie-Martine Dalla Barba et Robert Frairet sont au cœur du débat concernant la dépendance.

 « Ce n’est pas un fait de sociéte, mais une réalité dans la vie d’une personne, les politiques qui sont actuellement menées ont des points positifs, comme habiter mieux et plus longtemps chez soi. Cela ne règle pas le problème des faibles retraites, notamment en matière agricoles et artisanales, et pour les petits salaires, qui ne permettent pas d’aborder le problème de l’isolement ou simplement de la dépendance. Le risque dépendance n’est toujours pas rentré dans le régime général ».
 Il s’agit d’une solidarité nationale, qui permettrait de traiter à égalité toutes les personnes qui sont dans cette situation :
 « Nous avons dans le cadre des services et celui des EHPAD le complément à trouver entre une retraite faible et le coût d'une journée. Les établissements sont bien gérés, mais il existe des impératifs économiques qui fixent ce prix, payé par les retraites du résident et le complément versé soit par l’aide sociale du C.D., ou les familles.
Cela devrait être géré par une caisse, comme la CAM. Traitons à égalité les personnes ressortissantes de notre régime, pour libérer les familles et alléger la charge de la collectivité départementale, qui ne pourra supporter une implosion de la demande. Les élus doivent interpeller tous les candidats à l’élection présidentielle, pour imposer l’inscription du risque dépendance dans le régime générale de la S.S.» ».

 Marie-Martine Dalla Barba a interpellé le président du conseil départemental pour effectuer un repérage des personnes susceptibles de bénéficier du chèque santé de la CMU .

« Ceux aux faibles ressources peuvent bénéficier, sous condition, d’une aide maximale de 700 € par personne, pour couvrir une partie de la complémentaire maladie. Un sujet à aborder au niveau de notre territoire, pour atténuer cette précarité. L’incidence sur le régime de la branche dépendance va bien plus loin que l’aide à la personne, elle pérenniserait le maintien des EHPAD locaux, mais si les charges augmentaient trop, il pourrait y avoir une désaffection de ces établissements »