Défense du territoire
Robert Frairet
Robert Frairet Président de la communauté de Communes d'Artagnan en Fezensac
Conseiller Départemental
Maire de Caillavet
Marie-Martine Dalla Barba
Marie-Martine Dalla Barba Conseillère Départementale du Gers
Administrateur d’une banque mutualiste
Administrateur d’associations sociales et culturelles

Les actualités


Billet d'humeur de Robert Frairet


Les parisiens ont décidé dans le confort et sous les dorures du patrimoine national que la limitation de vitesse serait ramenée à 80 km/h en début d’été 2018.

S’il y a un point qui ne peut être reproché aux élus locaux, c’est bien l’implication qu’ils manifestent au quotidien sur les thématiques de sécurité et de lien social.

Ils le manifestent à leur façon par des dispositions de bon sens en soutenant toujours logique et intérêt général.

Nous pouvons donc être surpris par la brutalité des décisions de ces grands intellectuels, qui faisant fi de toute concertation, imposent leurs idées bureaucratiques qui leur assurent les privilèges d’Etat.

Ainsi dans nos territoires ruraux, maillés de labeur, de valeurs et de bons sens, la vieille voiture qui conduit au marché ou au centre médical (faute de revenus ou de retraites revalorisées) sera plus largement inspectée au contrôle technique. Elle sera, comme tous les autres véhicules, le casse-tête d’une limitation imposée à 80km/h, disposition « vache à lait » pour les radars. Elle assurera les amendes et la perte de points…

Dans le même temps, si son propriétaire a pu la remplacer, le casse-tête continue sur le site ANTS (Agence National des Titres Sécurisés) pour établir la carte grise.

Cette formalité, comme le renouvellement des permis de conduire ou la préinscription des documents d’identité, relève maintenant des Maisons des Services Aux Publics puisque l’Etat jupitérien a fermé ces services dans les préfectures et sous-préfectures.

Il ne s’est pas soucié de la fiabilité du nouveau système informatique de traitement, inopérant parce que criblé d’incidents. Recours : aucun, sauf à vivre avec ce qui était il y a 6 mois encore délictuel : non présentation et non mutation de carte-grise.

On peut ajouter à cela les limites de la géolocalisation GPS pour laquelle des opérateurs peuvent conduire à des voies sans issue au plus profond des campagnes.

Espérons que les véhicules de secours, SAMU, gendarmerie, médecins, ne se fassent pas piéger par cette irresponsabilité.

N’oublions pas non plus l’ascension forte des prix des carburants.

En clair, la mobilité dans la France profonde reste au fil des siècles figée sur les déclarations de Marie-Antoinette (avant que sa tête ne tombe sur le billot) : « s’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de  la brioche ».